La Malle à doudous 7 avril 2015

Vivre nos rêves ne nous fait pas peur !

« Une entreprise de vente à distance éco‐citoyenne + une vie à la Marcel Pagnol : et hop, les lyonnais que nous étions ont osé franchir le pas ! »

Nous y pensions depuis très longtemps mais franchir le pas n’est pas toujours simple ! Lyonnais d’adoption depuis 12 ans, nous habitions dans le 6ème arrondissement tout près du parc de la Tête d’or, notre coin de nature à nous. Depuis 4 ans, après l’arrivée de notre seconde fille, les lieux commençaient à être étroits dans nos 60m², le plus dur était la chaleur de l’été et le parc bondé de monde.

Nous avons commencé à prospecter pour acheter une maison en campagne mais cette perspective nous inquiétait d’autant qu’à cette période, j’avais pour objectif de créer une entreprise. Diplômée d’un master « Mode et Création » et citadine dans l’âme, la vie à la campagne n’est pas tout à fait une évidence : Benjamin
est professeur des écoles et rêve d’une vie à la Marcel Pagnol, moi, j’avais cette envie entrepreneuriat et j’ai décidé de quitter mon ancien métier dans la communication pour créer La Malle à Doudous, site Internet de vêtements d’occasion pour enfants. Très entourée de mamans et moi‐même consommatrice de mode enfantine pour mes filles, le constat était navrant : quel gaspillage dans nos placards ! Je souhaitais créer une entreprise véhiculant des valeurs éco‐citoyennes, avec du sens, en proposant aux parents une consommation alternative. Je me suis rapidement installée en pépinière d’entreprise à Lyon.

Nous sommes tombés sur l’annonce d’une maison en location près de Tarare qui correspondait en tout point à la maison de nos rêves, le seul problème étant la distance ! Mais c’était sans savoir que l’autoroute A89 venait de se terminer et rapprochait Tarare de Lyon à seulement 30 minutes. En trouvant le site « beaujolais vert votre avenir » sur Internet, tout coïncidait : une école « à la campagne » pour mon mari, la possibilité d’installer mon entreprise chez moi avec plus de place, et un cadre magique pour voir grandir nos filles. Le bilan était vite établi : plus rien ne nous retenait à Lyon !

C’est ainsi que nous avons emménagé dans le hameau de Rechagny dans la commune de « Les Sauvages ».

Et si vous me demandez si la ville me manque, je vous répondrai que je mets autant de temps à venir en centre ville depuis Les Sauvages que de traverser Lyon du nord au sud en voiture!

Emily, Benjamin, May‐line et Romane Morey

Plus d’infos : www.la‐malle‐a‐doudous.com